Renoncer... encore
CAPCAP

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Renoncer... encore

Par CAPCAP - 19-06-2017 20:52:45 - 17 commentaires

Renoncer... Décidément, cette question ne me quitte pas. Pourtant je vais beaucoup mieux depuis 2-3 mois, ce n'est donc pas le mal-être qui me conduit à nouveau à cette réflexion. Je pense même que renoncer est une voie vers un peu de bien-être.

Wiktionary: 1. Quitter, abandonner la possession, le désir de quelque chose, l’attachement à quelque chose. - 2. (Religion) Se dépouiller de tout amour-propre. - "Renoncer à soi-même, ce n'est pas se détruire, c'est donner et se donner" - Michel Quoist

Quand je vois des enfants se chamailler pour un objet, se mesurer, se comparer, j'ai envie de leur dire "Dépêchez-vous d'oublier ce comportement! Ce qui importe n'est pas d'en avoir une plus grosse que le voisin, ce n'est pas d'avoir! Ce qui compte c'est de se donner les moyens d'être, d'être soi, et d'être bien avec l'environnement, avec  les autres" RENONCEZ! renoncez à copier les travers des adultes malades! (les malades, c'est à dire presque tout le monde, non?) Naïveté rousseauiste? Sans doute un peu... J'assume.

"Le Pèlerinage aux Sources" de Lanza Del Vasto m'a sans doute plus marqué que je ne croyais. Même si je ne m'imagine pas une seconde tout abandonner comme lui. Mais le fantasme est là probablement. Juste vivre, être, dans le présent, parmi les plantes, les montagnes, sous le soleil ou sous la pluie, dans la nuit... Finalement est-ce après ça que je coure mes ultra-trails? Est-ce ce que j'aime quand je pars seul 8 jours sur les chemins?

J'ai déjà un peu renoncé à plusieurs choses dans ma vie. 
J'ai renoncé, contraint-forcé, à améliorer mon temps sur marathon. J'ai renoncé à faire chaque année plus de kilomètres, faute d'éviter les blessures. J'ai renoncé à une bonne place dans les course, pour cause de passage forcé à la marche au lieu de la CàP. Mais après avoir renoncé à tout ça, je crois trottiner un peu plus pour le simple plaisir de trottiner.
J'ai sans doute un peu renoncé à me différencier. Oui, je suis un humain sur quelques milliards. Et alors, je peux vivre ma vie sans me croire différent. Oui, je suis une poussière animée, consciente d'être. Consciente de n'être presque rien. Et beaucoup à la fois, un petit point singulier dans une évolution de quelques 14,5 milliards d'années.
Renoncer à la mode je ne peux pas car je n'ai jamais été à la mode. Mais franchement quand je vois les pantalons collants (comme c'est désagréable) et les jeans déchirés d'avance (quelle absurdité environnementale) je me demande pourquoi plus de gens ne renoncent pas à la mode. 
Je crois que j'ai renoncer à me morfondre de ma solitude. Accepter d'être seul si la compagnie ne vient pas est tellement plus apaisant. Cependant se rendre prêt à accueillir la compagnie si elle vient.
Mais au-delà de ces renoncements, il me reste quelque chose, un atrait, une aspiration aux choses, car sinon je me contenterais de méditer là, sans courir, ni regarder les hommes. 

Ne pas renoncer à s'exprimer, mais renoncer au dernier mot.
Mais surtout ne jamais renoncer à défendre des idées humanistes.

Enfin, j'espère bien que quand je sentirai le moment venu, la société acceptera que je renonce à la vie.

Billet précédent: Renoncer, est-ce se libérer?

17 commentaires

Commentaire de Japhy posté le 20-06-2017 à 07:42:50

J'aimais bien ce billet jusqu'a ce que je lise la derniere phrase.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 20-06-2017 à 09:31:35

En ce qui concerne les enfants, il ne faut pas se faire trop d'illusions. Pour avoir passé ma vie avec eux, je les sais aussi généreux que féroces.
Quant à renoncer, je préférerais "admettre" qui est un verbe plus positif. Admettre que le temps passe par exemple.

J'ai toujours bien aimé la chanson "Don't give up" de Peter Gabriel interprétée avec Kate Bush.

Commentaire de Japhy posté le 20-06-2017 à 10:32:45

Au fait j'ai tiqué sur cette phrase:
"Mais au-delà de ces renoncements, il me reste quelque chose, un atrait, une aspiration aux choses, car sinon je me contenterais de méditer là, sans courir, ni regarder les hommes."
Mais enfin voyons CAPCAP la méditation n'est pas faite pour se couper du monde, c'est même le contrôle ! :D

Commentaire de benoitb posté le 20-06-2017 à 12:13:40

Je lis chacun de tes textes avec attention, ils sont profonds, et j'ai l'impression de comprendre en partie les sentiments que tu nous confies. Mais comment ignorer cette ombre grandissante qui emplit chacun de tes écrits ? Je te souhaite de trouver une issue à ta situation, mais je ne te cache pas que tu m'inquiètes...

Commentaire de PhilKiKou posté le 20-06-2017 à 22:40:34

billet d' un kikou qui se pose des questions, à la quête d'un sens à sa vie...

juste une question d'équilibre afin d'être bien avec soi..dans une monde humain qui nous aide pas..

Commentaire de philtraverses posté le 21-06-2017 à 13:47:08

La renonciation n'est que la vision du verre à moitié vide, l'acceptation étant celle du verre à moitié plein.
La vie n'est elle pas une somme de renoncements. L'enfant accepte de renoncer à être le centre du monde de ses parents, à ne plus être le meilleur, ni le plus beau une fois confronté aux autres.
Et si pour ses parents l'enfant courait très vite, il comprend vite qu'il n'est pas celui qui court le plus vite .
Ton renoncement est en définitive peut être l'expression des déceptions que tu as rencontré.
Celles que tout le monde a rencontré.
Mais les déceptions font partie de la vie.
Et malgré ce, bien que n'étant pas le plus beau, le plus rapide, le meilleur en trail, en marathon, même en n'ayant pas encore accompli tes objectifs,, tu dois t'aimer. Quand je dis tu c'est en général pas spécialement toi.
La majorité des gens y arrivent. Même les plus médiocres.

Alors pourquoi pas toi ?Tu as l'intelligence, la sensibilité. Beaucoup de qualités.
Tu trouveras les moyens de dépasser ce sentiment de négatif pour le transformer en positif

Commentaire de CAPCAP posté le 22-06-2017 à 07:44:04

C'est étrange et fort intéressant de vous lire, je vous remerie pour vos commentaire, ça me montre que ma vision de moi-même et ce que j'en dis ne colent pas très bien. Ce qui n'a rien de très surprenant sur des sujets aussi personnels.
Etrange, car je vois ça comme positif et non négatif. je vous l'assure, pour moi il y a un vrai côté positif à renoncer à bien des choses que je ressens comme imposées par la société.
Peut-être faut-il que je parle plus des aspects positifs que ces renonciations m'apportent, en termes de libération de l'esprit, de perte de pression, de libération d'énergie, de facilité à vivre...
Ce que je dis vient assez spontanément, même si je sens que c'est le fruit d'un maturation lente, et peut-être que vos réactions vont faire émerger des concéquences positives.
Cette "ombre grandissante", pour moi elle ne l'est pas. Je la sens au contraire comme rétrécissante!!! Oui, elle était en moi depuis des décennies, intériorisée, tapie là, rendant ma vie pesante et déprimante au final. Alors que la regarder en face, la cerner, l'accepter, pour finalement la dépasser. Un peu comme je pensais profondément que je n'étais pas fait pour le sport, tous mes essais d'ado ont été vains, puis j'en suis arrivé à courir, je pensais les 42 km du marathon comme ma limite indépassable... Et puis j'en suis arrivé à faire la Diagonale, me découvrant à moi-même.
Je ne voulais pas dire que ma vie actuelle n'est que renoncements. Mais je vois que ceux-ci permettent de faire de la place dans la tête pour des choses plus positives, je l'ai visiblement mal exprimé.
Peut-être que "se défaire de" vous conviendrait mieux que "renoncer à"?
Philtraverses, tu as sans doute raison pour une part. Mon impossibilité à accepté mon homosexualité pendant des années (presque 2 décennies?) ont figé trop de choses dont j'aurais dû me défaire plus tôt normalement. Je me disais il y a quelques 10 ans que j'étais en train de clore mon adolescence à presque 40 ans.
Mais j'ai aussi l'impression de pousser ce chemin de renonciation au-delà de ce que fait couramment l'adolescent. Et ça me semble bien positif!
Merci! ;-)

Commentaire de TomTrailRunner posté le 04-07-2017 à 17:31:13

Renoncer => dépouiller => épurer => chercher la quintescence : que du positif là dedans
Keep living :)

Commentaire de Japhy posté le 23-06-2017 à 06:54:04

No worry capcap , bien sûr que le renoncement peut souvent faire partie des choses les plus positives qui soient et etre une libération , cest pour ca que j'ai écrit plus haut que j'aimais ce texte.
Sauf sa dernière partie que j'avais prise trop au pied de la lettre comme Benoît , mais nous voilà rassurés !
Par contre je me rends compte du lapsus fabuleux , je devrais dire affreusement fabuleux , que jai fait dans mon 2eme commentaire, en écrivant "contrôle" au lieu de "contraire". Comme quoi les mécanismes de défense contre l'un des renoncements les plus salutaires , celui qui consiste à essayer de ne plus vouloir tout contrôler , sont vraiment ancrés en moi bien plus que je le souhaiterais ! :D

Commentaire de CAPCAP posté le 25-06-2017 à 21:26:23

Effectivement, pour la dernière phrase, il fallait bien y lire "quand je sentirai le moment venu"

Comme souvent, France Culture tombe à pic, l'invité d'Etienne Klein "m'a" dit: "La vieillesse est le moment où on devient sage parce qu'on enlève le superflu" https://www.franceculture.fr/emissions/la-conversation-scientifique/y-t-il-une-lutte-des-ages

Commentaire de Jam posté le 28-06-2017 à 11:24:14

Renoncer...pourquoi ne pas penser: se libérer du désir. Car s'il n'y a pas de désir, il ne peut y avoir de renoncement.
Cette philosophie de vie est bouddhique: Les quatre nobles vérités à l'origine du bouddhisme sont: la vérité de la souffrance ou de l'insatisfaction inhérente, la vérité de l'origine de la souffrance engendrée par le désir et l'attachement, la vérité de la possibilité de la cessation de la souffrance par le détachement, entre autres, et finalement la vérité du chemin menant à la cessation de la souffrance, qui est la voie médiane du noble sentier octuple.
Je ne peux que t'inviter à visiter cette voix. Elle ne sera peut-être pas une réponse à tes interrogations, mais peut-être un début à autre chose.

Commentaire de Khanardô posté le 28-06-2017 à 15:22:30

Sortez les curetons par la porte et ils reviennent par la fenêtre. Le bouddhisme c'est une religion, et la religion c'est de la merde. Sauf à imaginer que Capcap soit réceptif à l'opium du peuple, je doute que le bouddhisme soit d'une grande aide pour lui, comme pour quiconque apte à ouvrir les yeux.

A lire, c'est édifiant : http://www.matthieuricard.org/pensees/42
...Où la femme, comme dans toutes les religions, accède au même statut qu'une mare de vase.

Désolé, mon intervention est violente, mais elle est sincère. L'homme, comme on dit, attendait dieu, et il a eu l'Eglise...

Commentaire de wiwi posté le 29-06-2017 à 10:21:56

Bonjour à tous,

Je reste convaincu que l'être humain a besoin de spiritualité pour, non pas s'épanouir, mais pour être un Être humain dans toutes ses dimensions. Il existe de nombreux chemins pour y parvenir. La communion avec la Nature en est un parmi d'autres.

Bien à vous,
wiwi

Commentaire de CAPCAP posté le 01-07-2017 à 16:39:05

Je reconnais avoir eu envie de "modérer" le commentaire de Khanardô qui canarde un peu l'échange... et puis non. C'est son opinion.
Du peu que je sais, le bouddhisme serait ici une religion, là une philosophie. C'est assurément cette 2nde option qui retient mon attention.
De même je ne renie pas ma culture catholique, pour une part de la philosophie de vie qu'elle m'a apportée (aimer son prochain comme soi-même, enfin essayer). Mais la religion chrétienne ne m'intéresse pas. De toute façon je suis athée et sans doute agnostique.

A la lecture de Jam, je me dis que je pourrais relire "Le Pèlerinage aux sources" avec ces 4 "nobles vérités" en tête et d'autres choses m'apparaitraient sans doute de ce voyage étonnant en Inde...
Cette notion de désir me questionne. Je sens que je veux me débarrasser d'une part mais pas de tout. Pas du désir sexuel en tout cas. Pas du désir de faire de belles et grandes choses (si tant est que la vie m'en donne l'occasion...) ou au moins faire ma petite part dans l'humanité, comme la légende du colibri dont parle Pierre Rabhi.
J'ai trop caché ce que je suis (homo) pour vouloir travailler mon apparence. La mode me déprime de bassesse. Parfois il y a de très beau vêtements, du bel artisanat, voire de l'art, mais c'est rare.

A Wiwi, la spiritualité est certainement un besoin humain, et les peintures préhistorique et les sépultures l'exprimaient déjà.
Pour la communion avec la nature, je la ressens, je la sens mieux avec les années. Comme s'il y avait de "l'essentiel" là-dedans. Je pense aussi à "Walden ou la Vie dans les bois" de Thoreau.

Commentaire de Khanardô posté le 01-07-2017 à 22:27:36

Ne te méprends pas. Si canardage il y a, c'e n'est pa celui de ton post.
Simplement, je crois qu'un post comme le tien, où s'exprime un vrai mal de vivre, mérite mieux qu'un catéchisme bouddhiste ou autre. D'où ma tirade sur les curetons de tout poil qui s'invitent dans tous les débat. Cela étant dit sans animosité envers Jam que je ne connais pas et dont je ne pense pas qu'il soit un moine en robe safran qui tente de nous imposer sa leçon de vie...
Je considère juste que la lutte contre l'obscurantisme religieux (pléonasme) relève des mêmes impératifs que celle contre le racisme, le machisme... : je ne baisse jamais la garde. Je sais, je suis fatigant. Désolé d'avoir pollué ton post. Qui me touche beaucoup au demeurant.

Commentaire de Khanardô posté le 01-07-2017 à 22:29:12

Désolé pour les fautes d'orthographe, c'est tapé sur une tablette.

Commentaire de CAPCAP posté le 01-07-2017 à 22:45:59

Bon, "canardage" était un jeu de mot trop facile...
Je partage en partie (seulement) ton avis sur les religions, je n'aime pas le prosélytisme. Mais il y a des religions qu'il faut aller chercher car elles ne viennent pas à toi: le judaïsme est même très difficile à intégrer quand on le souhaite. Le bouddhisme n'est pas sensé être prosélyte, mais il y a toujours des marchands autour de ce qui peut intéresser du monde.
Je n'aime pas non plus que les religions tentent d'imposer leurs opinions à la société (manif pour tous...) Que chacun pense en fonction de sa religion, mais ne s'en vente pas dans notre société laïque.
De même, je n'aime pas que des grandes entreprises nous imposent nos lois (EDF-AREVA, Crédit-Agricole et BNP...) ou que nos élus baissent la garde devant elles.
Aussi je n'aime pas que d'énormes sociétés s’immiscent dans nos vies en se rendant indispensables et terriblement intrusives (Google, Apple, Facebook...)

Bon, il faut que je trouve des choses que j'aime pour un prochain billet ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.16 - 7831 visites