KikouBlog de CAPCAP - Octobre 2018
CAPCAP

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Archives Octobre 2018

Arrêter la CàP ?

Par CAPCAP - 20-10-2018 21:21:54 - 12 commentaires

Arrêter la CàP ?


Je n'étais rien

A partir de l'adolescence et de la découverte de mon homosexualité que je n'ai pas acceptée, je me suis enfermé dans une coquille, protectrice mais étouffante.

Incapable de trouver ma place, notamment dans le sport où l'omniprésente compétition m'a fait fuir, j'avais trop l'impression d'être inférieur pour accepter de me comparer. Complexé.

 

Je suis devenu un sportif

A 30 ans, j'essaie la Course à Pied. Je découvre véritablement le sport, cette incroyable sensation d'être. D'être physiquement, par la douleur à l'effort comme par l'envol dû aux endorphines.

Mon corps réapproprié (approprié, j'ai envie de dire) je me sens prêt à faire face à une part occultée de moi, ma sexualité (ou plutôt mon asexualité) je rejoins un club de CàP LGBT, les Front Runners de Paris. Même si maladroitement, je découvre un peu l'amour et la sexualité, pour mon tiers de siècle. En parallèle, je découvre aussi le trail, je sens déjà tout ce qui m'y plaira, endurance, variété, paysages, ambiance, etc...

Je me rends compte que j'ai de bonnes capacités pour cette activité, je monte bien (dès qu'il faut marcher) je descends vite et avec agilité, j'ai une grande endurance, j'ai une assez bonne gestion de course.

Au sommet de mon émotion, non seulement j'arrive au bout de la Diagonale, mais en plus je m'offre une inespérée 215° place!!! Je n'avais jamais ressenti cette admiration autour de moi, j'avais d'ailleurs du mal à "avouer" ce beau succès, comme si c'était pêcher d'orgueil.

Mais le 170km n'est pas mon truc. Je m'initie alors à l'itinérance en CàP avec Marcher, Courir et Découvrir au Maroc, puis dans le Jura avec Courir et Découvrir, pour enfin me lancer seul sur le GR65. Je me suis rarement senti si bien que sur ces itinérances.

* En consacrant presque 100% de mon temps de loisir à la CàP, j'ai négligé mon intérieur, notamment j'ai à peu prêt arrêté de ranger. En presque 20 ans mon appart est devenu une horreur.*

 

Fissure du ménisque et cardiopathie

Ma maladie de la valve mitrale m'était connue depuis des années, mais non symptomatique.

Mais il y a 2 ans je ressens une petite douleur au genou droit. Au final, je sais qu'il n'y a rien à faire, mes ménisques sont fatigués. Et moi aussi, 14 mois sans courir, pour voir si ça passe, m'ont épuisés. Mon humeur dépressive est remontée.

C'est là que la cardiopathie s'invite à nouveau, je ressens des essoufflements inhabituels, dans ces mois où mon père se faisait suivre de très prêt pour finalement se faire opérer 2 fois du cœur.

Je sais qu'une composante psychologique non-négligeable exacerbe le ressenti de ma cardiopathie. Mais mon cardiologue m'annonce depuis des années que je devrai me faire opérer un jour.

Dans un précédent billet, j'ai évoqué cette régression physique inévitable en me questionnant sur la façon de m'y préparer.

Depuis que j'ai repris laborieusement la CàP il y a 6 mois, je sens bien que ça ne reviendra pas. En tout cas le plaisir ne revient pas...

 

Et après ?

Je me rends compte que j'ai complètement associé ma confiance en moi à ma pratique de la CàP. Ceci explique le regain notable de mon humeur dépressive.

Il faut dire que je n'ai pas su mettre autre chose que la CàP dans ma vie, hormis le travail. Pas de mari ni d'amant, pas d'enfant à voir grandir amoureusement, pas d'autre passion ou activité régulière.

Je sens le manque de sport, celui qui apporte bien-être et endorphines, pas ce footing minable entre deux essoufflements.

*Le temps de CàP "économisé" ne me permet pas pour autant de ranger, car je n'en n'ai pas la force morale.*

Je voudrais aussi travailler sur la dissociation de cette image positive de moi-même, de la CàP. Je dois appendre à vivre potentiellement sans CàP, sans que mon monde s'effondre.

Et il faudra sans doute que je trouve un autre sport d'endurance moins traumatisant pour les genoux et que je puisse pratiquer même avec un cœur fortement affaibli. Je sens que les candidats ne se bousculent pas!

 

*...* édit.

Voir les 12 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.17 - 37623 visites